Les réflexes éco-citoyens

Faisons les bons gestes pour la planète ! Soyons citoyens de la terre !

Quelques éco-gestes faciles à adopter :

Je profite de la lumière du jour.

Parce que la lumière naturelle est à consommer sans modération !

  • Je choisis mon éclairage.
    Privilégiez les lampes basse consommation (LBC). Parce qu'elles ont une durée de vie jusqu'à 10 fois supérieure aux ampoules à incandescence et consomment 5 fois moins d'électricité.
    Evitez les lampes halogènes trop gourmandes en énergie. A réfléchir : Une lampe halogène consomme autant d'électricité qu'une vingtaine de lampes basse consommation de 15 W.
  • J'éteins la lumière.
    À réfléchir : Trois ampoules de 75W qui restent allumées toute une soirée consomment autant qu'une lessive à 60°C.

Je coupe la veille des appareils électriques

Il suffit de brancher les appareils concernés sur une multiprise munie d'un interrupteur.

  • À réfléchir :
    les veilles consomment 150 à 500 kWh par ménage et par an, soit la consommation d'un réfrigérateur sur la même période !

Je limite la température

Les températures recommandées dans votre logement, pour les économies d'énergie mais aussi pour votre santé, sont de 19 °C dans les pièces à vivre et 16°C dans les chambres.

Chaque degré en dessous de cette limite représente 7% de consommation d'énergie en moins.

  • A réfléchir :
    le chauffage (s'il est électrique) représente 50% de la consommation du foyer.
  • J'utilise des thermostats d'ambiance.
    Le thermostat d'ambiance permet de maintenir une pièce à température constante. Ce système peut faire diminuer de 25% la consommation de la chaudière. Avec un thermostat couplé à un programmateur, vous pouvez fixer la température désirée en fonction de votre présence. Ainsi, quand vous sortez vous pouvez diminuer la température ambiante et donc alléger votre facture.

J'optimise la cuisson de mes aliments.

Utilisez une casserole de diamètre adapté aux plaques de cuisson, pour exploiter au maximum les capacités de votre cuisinière. Poser un couvercle sur vos casseroles permet de réduire de façon significative l'énergie consommée. Profitez de l'inertie. Les plaques de cuisson électriques continuent de chauffer durant 15 minutes après extinction. Pensez à utiliser cette chaleur entièrement gratuite lorsque vous cuisinez.

  • À réfléchir :
    Maintenir 1.5 litre d'eau en ébullition dans une casserole demande 4 fois moins d'énergie avec un couvercle.

Je me sers du fil à linge.

Profitez du soleil et du vent. La corde à linge ou l'étendoir sont des moyens naturels pour faire sécher le linge. Le sèche-linge électrique dépense environ 250 kWh par an soit 11% de la consommation annuelle d'électricité (hors chauffage).

  • À réfléchir :
    sur un an un sèche-linge consomme 2 fois plus d'énergie qu'un lave-linge à 60°C

Je visite le site ALEC du Pays Messin

L'Agence Locale de l'Energie et du Climat du Pays Messin est une association à but non lucratif, qui se donne pour objectif de développer la prise de conscience du grand public et de l'ensemble des acteurs du territoire, collectivités et acteurs privés, sur les préoccupations liées aux changements climatiques.

Petite leçon ! On ne vous répétera jamais assez à quel point le tri sélectif est indispensable pour l'environnement. Au sein d'un foyer ou au travail, chacun doit mettre en application ces gestes afin de ne pas perturber le recyclage.

pavé conteneurs poubelleDéchets recyclables : 
  • Dans le conteneur à verre :
    je ne jette que du verre (pas de vaisselle en porcelaine, de terre cuite, de miroirs, de vitres, d’ampoules électriques, de pots de fleur, etc…). Pensez à récupérer les capsules et les couvercles, qui doivent être jetés à part.
  • Dans le conteneur à papier :
    je jette les annuaires téléphoniques, les journaux, les magazines, prospectus, feuille A4, A3, etc … (pas de mouchoir, film plastique, papier en contact avec des aliments, livres…)
  • Dans les points de collecte TERRACYCLE
    mise à disposition dans différents bâtiments communaux (Hôtel de Ville, STM, Maire de quartier, bibliothèque, écoles …) : tous les stylos sont recyclables (plastiques, métalliques, feutres …), ainsi que leur capuchon !
    Attention : le crayon de papier ne l’est pas !
    Les recharges de savon liquide sont aussi récupérées et revalorisées par TERRACYLE ! Triés, ces déchets deviennent des arrosoirs, des bancs publics, des pots à crayon …
  • Déchets non recyclables :
    Ces déchets doivent être mis en sacs et déposés dans les PAVE ou les conteneurs noirs (carton souillé ou mouillé, essuie-main, mouchoir, nourriture, gobelet, sachet thé, filtre à café, plastique autre que possédant un bouchon, classeur, bannette, agrafe, trombone…)

Abandonner ses déchets dans la nature a de lourdes conséquences. Les eaux et les sols sont durablement pollués par des piles ou des huiles de moteur. Même un simple papier gras jeté dans une rivière va se retrouver dans la mer. Prendre avec soi un sac pour y déposer ses déchets, lors d'éventuelles ballades, est un acte responsable.

La plupart des déchets organiques peuvent être compostés.

Les déchets de la maison en général (mouchoirs en papier, essuie tout, cendres de bois, sciure, copeaux, papier journal, plantes d'intérieurs…)

Les déchets de cuisine (épluchures hors agrumes, coquilles d'œufs, marc de café, filtres en papier, pain, laitages, croûtes de fromages, restes de viande, fanes de légumes, fruits et légumes abîmés…)

Les déchets de jardin (tontes de gazon, feuilles, fleurs fanées, mauvaises herbes…)

  • À réfléchir :
    Environ 1/3 des déchets qui finissent dans la poubelle d'un français peut être composté, alors n'attendez pas plus longtemps !

Si vous êtes intéressés, sachez que Metz Métropole met à disposition des habitants des communes membres de l'agglomération des composteurs individuels afin de leur permettre de recycler leurs déchets verts à l'exception de la ville de Metz.

Il vous suffira de remplir un formulaire de réservation. Le service concerné de Metz Métropole vous joindra alors pour fixer une date de livraison.

J'utilise mon panier pour aller faire mes courses.

Un constat alarmant : 18 milliards de sacs plastiques sont distribués par an, soit 570 par seconde… et ils ne sont utilisés en moyenne que 20 minutes avant d'être jetés ! Ils engendrent une pollution durable pour l'environnement et sont dangereux pour la faune des rivières et des océans (les tortues de mer s'étouffent en les prenant pour des méduses.)

On ne saura donc que trop bien vous conseiller d'emporter un panier ou un cabas à provision lorsque vous allez faire vos courses. Si par mégarde vous vous retrouvez avec un sac plastique, pensez à le transformer en sac poubelle ou bien en sac de rangement.

J'évite les suremballages superflus.

Soyez vigilant lors de vos achats et évitez les emballages inutiles. De manière générale, privilégiez les écorecharges, les formats familiaux et les produits achetés en vrac et évitez les produits de consommation individuelle ou les mini-doses, portionnées et suremballées.

  • À réfléchir :
    50% des déchets ménagers sont constitués d'emballages.

Je préfère les produits de saison.

Achetez des aliments frais qui demandent moins d'énergie que les conserves ou les produits congelés. Les produits locaux n'ont pas recours aux transports, aux serres chauffées, à la réfrigération ou aux conservateurs chimiques. A réfléchir : Un fruit importé hors saison, consomme pour son transport 10 à 20 fois plus de pétrole que le même fruit produit localement et acheté en saison.

  • Pour connaître le calendrier des fruits et légumes de saison : (pdf calendrier fruits et legume de saison.pdf)

Je me mets au bio.

Consommer des aliments issus de l'agriculture biologique, c'est soutenir un mode de production agricole plus respectueux de l'environnement. Cette démarche contribue ainsi à préserver la qualité des ressources naturelles : eau, sol et air. A réfléchir : l'agriculture biologique n'utilise aucun produit chimique de synthèse (engrais, pesticides, herbicides…) ni d'organisme génétiquement modifié (OGM).

Il est essentiel de privilégier des produits éco-conçus, peu emballés, dont les conditions de fabrication sont peu nuisibles à l'environnement… Les logos et les étiquettes nous renseignent et nous aident à mieux choisir.

Je bois l'eau du robinet

Contrairement aux idées reçues, l'eau du robinet est parfaitement potable. Pour retirer le goût de chlore parfois peu agréable, il suffit de fixer un filtre sur le robinet. Ou bien plus simplement, le problème peut être résolu en versant l'eau dans une carafe, le chlore s'évaporant au contact de l'air.

A réfléchir : En France, la consommation d'eau en bouteille a été multipliée par 2 en 20 ans, ce qui représente des milliers de kilomètres parcourus, des tonnes de carburant consommés et de CO2 émis avant d'arriver sur notre table. Sans oublier les milliers de bouteilles en plastique qui en résultent. En France 1% seulement de l'eau du robinet est destiné à la boisson alors qu'environ 140 litres d'eau en bouteille sont consommés par an et par habitant. Sans oublier que l'eau minérale coûte au minimum 50 fois plus cher que l'eau du robinet.

Je préfère la douche au bain.

La douche est plus tonique et hygiénique que les bains et consomme de 50 à 80 litres d'eau contre 150 à 300 litres pour un bain.

Je lutte contre les fuites.

Un bon moyen pour traquer les fuites d'eau, c'est de relever le compteur le soir avant de se coucher et de faire la même chose le matin sans avoir ouvert ni robinet, ni appareil ménager : si les chiffres sont identiques tout va bien ! sinon, cela veut dire qu'i y a une fuite ! Mais ne paniquons pas, la plupart du temps il ne s'agit que d'un joint défectueux, pas très compliqué à changer.

A réfléchir : Au total, les fuites sont à l'origine d'un gaspillage qui représente 20% de notre consommation.

J'optimise ma chasse d'eau.

Réduisez votre consommation d'eau en plaçant une brique ou une bouteille lestée dans le réservoir des toilettes. Ou bien opter pour un système de chasse d'eau à deux débits qui consomme de 3 à 6 litres d'eau contre 9 litres pour une chasse d'eau classique.

Je ne jette rien dans les toilettes.

Jeter n'importe quoi dans la cuvette des WC est un geste lourd de conséquence (tampons hygiénique, médicaments, piles, peintures, solvants, détergents…). Tous ces éléments altèrent le bon fonctionnement des stations d'épuration.

A réfléchir : pensez au papier toilette recyclé !

Je pense à fermer le robinet.

Fermer le robinet pendant les trois minutes où l'on se lave les dents peut économiser quelques dizaines de litres d'eau !

A réfléchir : Durant le brossage de dents, l'eau s'écoule à raison de 12 litres par minute

La multiplication du nombre de déplacements et l'allongement des distances parcourues ont fait de la voiture individuelle le mode de transport le plus utilisé, grâce à sa souplesse d'utilisation.

Pourtant elle reste le mode qui revient le plus cher à l'utilisation, et le moins performant.

Un trajet en voiture sur deux fait encore moins de 3 km : trajets domicile - travail, achats de proximité, dépose des enfants à l'école …

Ces petits trajets, effectués en ville avec un moteur froid, engendrent une consommation importante de carburant et une pollution accrue.

L'utilisation systématique de l'automobile favorise également les encombrements, et crée des problèmes de circulation et de stationnement, au détriment des autres usagers de l'espace public.

L'adoption des modes de transports doux comporte de nombreux avantages : ils contribuent à la réduction de la pollution de l'air et à la lutte contre le réchauffement climatique, et permettent de se maintenir en bonne santé physique en pratiquant régulièrement de l'exercice.

Dans un souci d'éco-mobilité, les collectivités territoriales qui s'engagent dans le développement durable vont favoriser l'utilisation de transports doux par le biais par exemple d'un agenda 21 local.

Les transports doux peuvent également être organisés collectivement : par exemple, lorsque les parents d'élèves organisent des lignes de ramassage scolaire pédestres pour emmener les enfants à l'école.

Voir la page : Carapatte

La marche à pied

C'est LE mode de transport universel.

Il ne pollue pas, n'émet pas de gaz à effet de serre. Il est gratuit, bon pour le mental, le coeur, les jambes, les artères… et ne nécessite pas de place de parking. Sur de petites distances, la marche est performante, là où une voiture ne l'est pas : moteur froid, elle pollue davantage et s'use plus vite.

Quelques chiffres…

Il faut 1/4 d'heure pour faire 1 km à pied et, en ville, 1/4 des trajets voiture font moins d'1 km.

30 min. de marche rapide par jour améliorent votre santé.

Le vélo et les pistes cyclables en ville

piste-cyclable.jpgRapide, non-polluant, pas cher et sportif, le vélo a beaucoup d'atouts ! Sur des distances inférieures à 6 km, c'est lui qui va le plus vite en ville.

Comme la marche à pied, il nous maintient en forme, ne nous met pas en retard et nous permet une moindre exposition à la pollution que dans un espace confiné comme l'habitacle de la voiture.

Économique à l'achat, il l'est aussi à l'usage. Il ne prend pas beaucoup de place et demande des investissements publics ou collectifs modestes : pistes cyclables, locaux à vélo dans les immeubles, parkings à vélo.

Le réseau cyclable de la ville de Montigny-lès-Metz est défini dans le cadre de déplacements urbains et raccordé à celui des autres communes, pour former un itinéraire deux roues sur toute l’agglomération.

Actuellement la ville compte 6.5 km de bandes cyclables.

Il convient pour les cyclistes de respecter les règles du code de la route et l'espace réservé aux piétons pour que tous circulent en sécurité.

De nombreuses rues de la ville, définies en zone 30, sont marquées au sol par le slogan « partageons la rue ».

partageons-rue.jpgN'oubliez pas le port du casque et d'accessoires réfléchissants pour votre sécurité.

Il existe maintenant des vélos à assistance électrique qui permettent de réduire l'effort physique. Ils peuvent être une alternative intéressante au scooter pour des distances de 5 à 10 km en ville.

Quelques chiffres…

Il faut 1/4 d'heure pour faire 3 km à vélo et un trajet en voiture sur deux fait moins de 3 km.

10 km de vélo tous les jours évitent le rejet, par l'usage d'une voiture, de 700 kg de CO2 par an.

1 place de stationnement voiture, c'est 10 places de stationnement vélo.

Les transports en commun :

Pensez au covoiturage !

Une voiture à plusieurs, c'est moins de frais, moins de nuisances, moins de circulation et plus de convivialité !

Comment ne pas remarquer, dans les embouteillages notamment, que la plupart des voitures ne sont occupées que par une seule personne ?

Ce constat a amené de nombreux particuliers à se regrouper pour partager leur véhicule et les dépenses sur un trajet commun, avec des voisins pour faire des courses, des copains pour aller à la fac, des collègues pour aller au travail… ou simplement des gens avec qui on partage une destination.

Cette solution est valable aussi bien en ville qu'à la campagne, il suffit de s'organiser pour faire circuler l'information, les propositions des uns ou les demandes des autres.

De nombreux sites Internet relaient les associations en regroupant offres et demandes. Ils proposent souvent une évaluation du coût du trajet. Un service de covoiturage peut aussi s'organiser dans une université, une administration, une entreprise.

Sites covoiturage :